Principales religions pratiquées au Viêt Nam

Partagez ce site avec vos amis Merci

Les religions populaires vietnamiennes au Viêt Nam

Le Viêt Nam est officiellement un État athée, comme l’a déclaré le régime communiste du pays.

Pourtant, la plupart des Vietnamiens ne sont pas athées, car 95 % de la population pratique une religion ou des croyances.

Chaque année, près de 8 500 événements religieux sont organisés dans tout le pays.

Il y a sept grandes religions, dont la religion populaire vietnamienne, le bouddhisme, le catholicisme, le caodaïsme, le protestantisme, le hoaoisme et l’islam, ainsi que plusieurs religions populaires.

Pagode des Parfums , haut lieu des pèlerins bouddhistes du Vietnam
Pagode des Parfums , haut lieu des pèlerins bouddhistes du Vietnam

Apprendre à connaître le Viêt Nam en s’informant sur les religions pratiquées dans le pays sera un facteur indispensable si vous envisagez de vous rendre au Viêt Nam.

Sans plus attendre, voici un aperçu des principales religions pratiquées au Viêt Nam !

Culte des ancetres et héros nationaux et dieux de la nature

Selon le Pew Research Center, les religions populaires sont pratiquées par 45,3 % de la population vietnamienne, ce qui en fait la religion la plus dominante.

La religion populaire vietnamienne n’est pas un système religieux organisé, mais un ensemble de traditions locales consacrées aux ancêtres, aux héros nationaux et aux dieux de la nature.

Cliquez sur PLANIFIEZ VOTRE VOYAGE pour planifier votre aventure au Vietnam dès aujourd'hui.

Étant donné l’importance de cette religion indigène pour les communautés et les familles du Viêt Nam, les Vietnamiens sont activement encouragés à vénérer les dieux, les divinités et les héros culturels associés à la religion populaire vietnamienne.

Lors de votre voyage au Viêt Nam, vous aurez l’occasion de visiter de nombreux temples vénérant des divinités telles que les dieux du vent, de la forêt, du feu, de l’eau et de l’océan.

Vous trouverez également de nombreuses maisons construites principalement pour offrir de l’encens et des offrandes aux ancêtres d’une famille.

Aujourd’hui encore, à la date du décès de l’ancêtre, la jeune génération organise des commémorations pour se souvenir du défunt et lui exprimer sa gratitude.

En outre, les héros nationaux comme Tran Hung Dao ou les créateurs du pays comme Hung Kings et Au Co – Lac Long Quang sont également vénérés.

Le bouddhisme au Viêt Nam

La deuxième religion dominante au Viêt Nam est le bouddhisme, qui représente 12,2 % de la population vietnamienne.

Cette religion a une histoire tout aussi longue au Viêt Nam, dont l’origine remonterait au moins au IIIe siècle, à la suite de visites de délégations de l’Inde et de la Chine.

La tradition vietnamienne est principalement décrite comme la tradition bouddhiste Mahayana – la plus grande tradition majeure du bouddhisme dans le monde – qui se concentre sur la voie de l’illumination complète pour le bénéfice de tous les êtres sensibles.

Lors de la visite de ces temples, il est courant de voir des moines bouddhistes chanter des sutras, tels que le Sutra du Lotus et le Sutra d’Amitabha, et prier pour la renaissance dans une terre pure.

La croyance est que la libération ne peut être atteinte qu’avec les conseils et l’aide de Bouddha. Par conséquent, tous les dévots pratiquent régulièrement trois offices, à l’aube, à midi et au crépuscule, et s’adonnent au chant de sutras (parfois destinés à purifier le mauvais karma), à la méditation marchée et à la confession lors d’offices spéciaux.

Il s’agit de la religion la plus populaire, qui compte le plus grand nombre d’adeptes au Viêt Nam, soit la grande majorité dans la plupart des provinces du pays.

Le bouddhisme est la troisième des grandes religions qui ont contribué à façonner la culture et le caractère vietnamiens au fil des siècles. Bouddha était un contemporain de Confucius, et la religion qu’il a fondée est entrée au Viêt Nam en provenance de l’Inde, pays d’origine de Bouddha, et de la Chine. Aujourd’hui, le bouddhisme est peut-être la croyance religieuse vietnamienne la plus visible.

BOUDDHISME AU VIETNAM
BOUDDHISME AU VIETNAM Principales religions pratiquées au Viêt Nam

Le bouddhisme a contribué à façonner les croyances et la culture vietnamiennes basées sur les “trois enseignements”. Lisez la suite Bouddhisme au Vietnam, tout savoir sur la plus grande religion des vietnamiens

Triple religion

La théorie des trois enseignements fait référence à la combinaison du confucianisme, du taoïsme et du bouddhisme que l’on trouve dans la philosophie chinoise.

Au Viêt Nam, les trois enseignements sont devenus étroitement liés les uns aux autres, ainsi qu’aux croyances indigènes vietnamiennes.

La plupart des Vietnamiens pratiquent et synthétisent des éléments appropriés de traditions religieuses asiatiques disparates et du culte des ancêtres.

Ce système de croyances est connu sous le nom de tam giao : triple religion.

Le bouddhisme est apparu au Viêt Nam au début du IIe siècle après J.-C., avec des origines à la fois indiennes et chinoises.

Du IIe au Xe siècle, sous la domination chinoise, la culture sociale vietnamienne en général et le bouddhisme en particulier ont été profondément influencés par la culture et l’idéologie chinoises – les idéologies de Confucius et de Confucius.

Pagode bouddhiste Du Hang à Haiphong
Pagode bouddhiste Du Hang à Haiphong Principales religions pratiquées au Viêt Nam

Une étape importante de l’histoire du bouddhisme vietnamien est la crise bouddhiste sous le régime de Ngo Dinh Diem.

Découvrez les hôtels-boutiques les plus luxueux et les plus charmants que le Vietnam a à offrir dans ce guide exclusif sur les meilleurs hôtels au Vietnam en 2023.

Président du Sud-Vietnam de 1955 à 1963, il était déterminé à gouverner le Vietnam selon des principes catholiques.

Les politiques inégales à l’égard des bouddhistes ont donné lieu à des rassemblements, des grèves de la faim et des distributions de brochures pour protester contre les politiques anti-bouddhistes de Diem.

En juin 1963, un moine bouddhiste nommé Thich Quang Duc s’est immolé par le feu alors qu’il était assis en position de méditation au milieu d’un carrefour de Saigon.

L’image de l’auto-immolation de Thich Quang Duc est devenue l’une des images les plus représentatives du XXe siècle.

Il existe deux branches du bouddhisme au Viêt Nam : Mahayana et Theravada.

Cependant, le but ultime du bouddhisme est la cessation de la souffrance et l’atteinte du Nirvana. Le bouddhisme croit également en un système simple de cause à effet : les bonnes actions ont de bons effets, et les mauvaises actions ont de mauvais effets.

Le bouddhisme mahayana est arrivé de Chine dans la région du delta du fleuve Rouge au Viêt Nam il y a environ 200 ans et est devenu la religion la plus populaire du pays.

Il a été reconnu par de nombreuses personnes comme la principale religion des Vietnamiens, des Chinois et de certaines minorités ethniques vivant dans les montagnes du nord, telles que les Muong, les Thai, les Tay …

En fait, il a existé en harmonie avec le taoïsme, le confucianisme et les croyances indigènes telles que le culte des ancêtres, le culte de la mère…Les bouddhistes mahayana travaillent à l’illumination et au salut de tous les êtres sensibles.

Le bouddhisme theravada est arrivé de l’Inde au sud du delta du Mékong il y a environ 300 à 600 ans et est devenu la principale religion dans les plaines méridionales du Viêt Nam.

Il est considéré comme la principale religion des Khmers. En revanche, les bouddhistes Theravada croient en la recherche de l’illumination personnelle.

Les trois principaux éléments des rituels bouddhistes sont la récitation, le chant et les offrandes.

En ce qui concerne les offrandes, les fleurs symbolisent la beauté et l’impermanence, les bougies symbolisent le rayonnement de l’illumination et l’encens imprègne l’air de la même manière qu’une vie vécue de manière éthique touche le monde.

Participer à certains festivals bouddhistes majeurs est une excellente option lors d’un voyage au Viêt Nam : le festival de la pagode Huong, l’un des plus grands festivals culturels du Viêt Nam, ou la célébration de l’anniversaire de Bouddha.

Le catholicisme au Viêt Nam

Le catholicisme est de loin l’église chrétienne la plus répandue au Viêt Nam. Il a été introduit dans le pays par des missionnaires catholiques portugais au XVIe siècle.

Dans le passé, les chrétiens ont connu une période extrêmement brutale, en particulier sous la domination des seigneurs Trinh (clan des dirigeants du nord du Viêt Nam) et des seigneurs Nguyen (dirigeants du centre et du sud du Viêt Nam).

Alors que les seigneurs Trinh étaient hostiles à la religion, les seigneurs Nguyen étaient relativement tolérants.

Par conséquent, les chrétiens étaient plus enclins à se rendre dans les régions du sud que du nord du Viêt Nam.

Il y a environ 6,2 millions de Vietnamiens, soit environ 7 %, identifiés comme catholiques, 1,4 million, soit un peu moins de 2 %, identifiés comme protestants et environ 6 000 églises dans de nombreuses régions du Vietnam.

Ce sont les missionnaires espagnols et portugais qui ont joué un rôle central dans l’introduction de concepts catholiques au Viêt Nam par le biais du commerce.

Sous la colonisation française, ils ont encouragé les Vietnamiens à suivre une nouvelle religion dans l’espoir d’équilibrer le nombre d’adeptes du bouddhisme et de la religion occidentale et d’influencer la culture occidentale pour changer les croyances vietnamiennes qui visent à gouverner plus facilement.

En revanche, le christianisme protestant n’a été introduit au Viêt Nam qu’en 1911 par le missionnaire canadien Robert A. Jaffray.

Actuellement, les agences gouvernementales sont plus à l’aise avec les chrétiens et les non-chrétiens au Viêt Nam, qui peuvent célébrer des jours fériés tels que Pâques ou Thanksgiving et même organiser des réunions à l’église.

Depuis lors, il y a eu de nombreux changements au niveau du pouvoir, et il fut un temps où même les chrétiens utilisaient leur pouvoir pour opprimer les non-chrétiens, en particulier les bouddhistes.

Mais aujourd’hui, les autorités gouvernementales sont plus souples à l’égard du christianisme et des chrétiens du Viêt Nam, qui peuvent ainsi célébrer ouvertement des fêtes telles que Pâques et Thanksgiving, et même organiser des rassemblements dans les églises.

En outre, les catholiques vietnamiens peuvent offrir des encens à leurs ancêtres, à condition que l’autel familial ne soit pas situé au-dessus de l’autel de Jésus et que l’offrande ne soit pas un objet encourageant la superstition.

Le caodaïsme vietnamien

La religion Cao Dai a été établie dans le sud du Viêt Nam en 1926 par Ngo Van Chieu, Cao Quynh Cu et Pham Cong Tac, avec pour centre le Saint-Siège de Tay Ninh.

Cette religion vénère Cao Dai (ou Dieu), Bouddha et Jésus. Le Cao Dai est un bouddhisme réformé auquel ont été ajoutés des principes du confucianisme, du taoïsme et du christianisme.

Le temple Cao Dai ( Saint-Siège de Tay Ninh ), un des temples les plus particuliers du Viêt Nam - Guide de voyage complet
Le temple Cao Dai ( Saint-Siège de Tay Ninh ), un des temples les plus particuliers du Viêt Nam – Guide de voyage complet

Les adeptes du caodaïsme pratiquent des choses telles que ne pas tuer, être honnête, être harmonieux, faire le bien, fuir, aider son entourage, prier, vénérer les ancêtres, dans le but minimal d’apporter le bonheur à tous, d’amener les gens à Dieu dans la cour céleste, et de tout faire sortir du samsara.

Le Viêt Nam compte actuellement environ 2,4 millions d’adeptes du Cao Dai, principalement répartis dans les provinces méridionales. La province de Tay Ninh est l’une de celles qui comptent le plus grand nombre d’adeptes de Cao Dai. En outre, il y a environ 30 000 adeptes aux États-Unis, en Europe et en Australie.

La religion Cao Dai a été fondée officiellement dans le sud du Viêt Nam en 1926. Il s’agit d’une religion monothéiste dont le fondateur est Dieu et non un prophète ou un Bouddha.

Les adeptes de cette religion s’adonnent à des pratiques telles que le culte des ancêtres, le végétarisme, les séances de prière et même la non-violence dans le but de se libérer du cycle des naissances et des morts.

Un autre élément inhabituel du caodaïsme est la croyance en des “prêtres”, des agents divins capables d’entrer en contact avec Dieu et de transmettre ses instructions aux adeptes.

Bien que le caodaïsme ait été initialement condamné par les communistes, il est aujourd’hui toléré et compte environ 8 millions d’adeptes au Viêt Nam, auxquels s’ajoutent environ 30 000 autres en Australie, en Amérique et en Europe.

Le protestantisme au Viêt Nam

Le protestantisme n’est arrivé au Viêt Nam qu’en 1911, après l’arrivée d’un missionnaire canadien, Robert A. Jaffray.

Peu après son arrivée, une église a été établie à Danang. Aujourd’hui, on estime que plus de la moitié des protestants du Viêt Nam sont des minorités ethniques vivant sur les hauts plateaux du nord-ouest, notamment les Hmongs, les Thaïs et les Dzaos.

Selon les statistiques du gouvernement, après environ 120 ans de présence au Viêt Nam, la religion compte aujourd’hui 1,5 million d’adeptes (environ 2 % de la population) et 400 lieux de culte.

Le hoaoisme au Viêt Nam

Le Hoahaoisme est une secte bouddhiste réformée d’un ministère bouddhiste connu sous le nom de “Parfum étrange des montagnes précieuses”. Plutôt que de pratiquer le culte principalement dans les temples, le Hoahaoisme met l’accent sur la pratique du bouddhisme à domicile par les laïcs, en particulier les paysans, comme l’enseigne le vieux slogan – pratiquer le bouddhisme tout en cultivant sa terre.

Le Hoahaoisme compte près de deux millions d’adeptes au Viêt Nam. Dans son berceau, la région du delta du Mékong, plus de 90 % de la population le pratique.

Dans la maison Hoa Hao, un simple tissu brun sert d’autel devant lequel la famille prie matin et soir. Seuls de l’eau douce, des fleurs et de l’encens sont utilisés pour le culte, sans que des cloches ou des gongs n’accompagnent les prières.

En outre, si une personne n’est pas à la maison, elle peut faire face à l’ouest pour adresser ses prières à Bouddha. Les adeptes sont tenus d’assister aux services communautaires le 1er et le 15 de chaque mois lunaire, ainsi qu’à d’autres jours saints bouddhistes.

L’islam au Viêt Nam

L’islam a été introduit dans les pays d’Asie du Sud-Est aux XIe et XIIe siècles. La religion est pratiquée principalement par les groupes ethniques Cham (actuel sud du Viêt Nam) et se divise en deux branches.

La première est le Chan Bani (une combinaison d’islam et de brahmanisme, qui était la principale religion du Champa avant l’islam), et la seconde est l’islam cham, qui est similaire à l’islam dans le monde entier.

La plupart des adeptes du Chan Bani se trouvent dans le centre du Viêt Nam, tandis que les adeptes de l’islam cham se trouvent dans le sud. Au total, environ 0,1 % des Vietnamiens sont musulmans.

Autres religions au Viêt Nam

Outre les sept grandes religions, il existe de nombreuses petites religions et sectes au Viêt Nam, telles que Tinh Do Cu Si, Baha’s, Buu Son Ky Huong, Tu An Hieu Nghia, Minh Su, Minh Ly et les brahmanes. Leurs adeptes représentent 1 % de la population, ce qui explique la diversité des religions au Viêt Nam.

Pour plus d’informations, consultez le résumé des groupes ethniques et de la culture du Viêt Nam et visitez mon guide de voyage du Viêt Nam si vous souhaitez obtenir d’autres informations utiles sur ce merveilleux pays.

Partagez ce site avec vos amis Merci

Laisser un commentaire